Et si WonderWoman était une connasse? On cause féminisme sans langue de bois [MSC couleur Moutarde]

Et si WonderWoman devenait une connasse ?

Et si WonderWoman mettait des grandes baffes à Superman ?

marvel makeup

Vous vous en doutez, on ne va pas parler Marvel et Super Héros mais plutôt œstrogènes et progestérone VS Testostérone (super nom de film au passage).

Je vous vois venir les trolls : « C’est une féministe, elle va dire du mal des hommes, gna gna gna ». Ben non, essaie de patienter et lis. Ensuite, je me ferai une joie de lire ton opinion dans les commentaires et de ne pas les supprimer.

Tout d’abord rétablissons le mot « féminisme ». Voici la définition d’une super source HYPER FIABLE : Wikipedia. Parce oui : si Wikipedia dit que la coupe mulet est à la mode… Ben la coupe mulet est à la mode ok ???

pat-sharps-mullet

Bref.

Avant toute chose, je voulais préciser que ce que je dis dans cet article sur mon blog n’engage que moi. On pourrait dire des millions de choses sur ce sujet mais malheureusement je ne suis ni journaliste, ni philosophe alors je vais aller à l’essentiel. Après, rien ne nous empêche de discuter dans les commentaires. Ce que je dis du féminisme n’est en aucun cas une vérité parce que c’est une opinion toute personnelle ; or comme je le dis toujours, on ne peut pas avoir raison tout seul. Alors haut les cœurs, prenons un peu de distance et tentons d’être bienveillants.

Voici la définition :

« Le féminisme est un ensemble de mouvements et d’idées politiques, philosophiques et sociales qui partagent un but commun : définir, établir et atteindre l’égalité politique, économique, culturelle, personnelle, sociale et juridique entre les femmes et les hommes. Le féminisme a donc pour objectif d’abolir, dans ces différents domaines, les inégalités hommes-femme dont les femmes sont les principales victimes, et ainsi de promouvoir les droits des femmes dans la société civile et dans la sphère privée. »

Quand je lis cette desdcription, ça me fait penser aux théories marxistes : dans l’idée et pour les vacances, c’est super chouette, mais alors en pratique IM-POS-SIBLE ! Ce que je retiens en premier lieu, c’est le concept d’égalité. Et non pas de supériorité de la femme sur l’homme, ce que certains groupes dits féministes tendent à faire gober…

J’aime pas les féministes (Et je vais te dire pourquoi, même si tu ne me demande pas…)

le féminisme

Attention hein, je ne parle pas des femmes qui ont su et savent encore faire remarquer les abominations au système :

  • A travail égal, les femmes sont moins bien payées que les hommes
  • Accès à certains postes dans les entreprises réservés aux hommes, etc.

Je parle de la bêtise crasse des Femen ou des Chiennes de Garde. Comment et pourquoi en vouloir tant aux hommes ? Pour des millénaires de domination sur les femmes ?

Retournons le problème. Au début du XXème siècle, Panhard & Levassor, Mercedes, Renault et d’autres, ont mis fin à 2000 ans de domination sur le chameau et les chevaux. Alors doit-on faire payer aujourd’hui aux Clio IV ce mal là ? Les Clio IV n’y peuvent rien. Elles sont le résultat d’une évolution et de choix dans le domaine automobile.

Revenons-en à nos féministes extrémistes : devant des comportements douteux, à toujours ouvrir leur grande gueule pleine de haine pour délivrer des messages aussi cons que ceux qu’elles combattent… Elles nous font passer pour qui ? Franchement, crier des slogans vulgaires avec les seins à l’air, c’est pas une attitude très digne…Pas étonnant qu’à force, ça nuise aux femmes !

Et cet effet tellement démago que procure le fait de crier son féminisme : c’est très à la mode et surtout, ça fait bien… Qui ira leur jeter une pierre ???

Il y a quelques temps, une femme m’a dit qu’elle ne voulait pas allaiter son enfant à naître parce que le lait maternisé c’est la même chose et que les femmes se sont battues pour qu’on ait des droits (si, si, je l’ai entendu moi-même). Le lien entre l’allaitement et l’esclavage était fait. Allaiter n’a complètement rien à voir avec l’exploitation et par extension, ce raisonnement est complètement con. Sinon pourquoi est-ce qu’on ne donne exclusivement que du lait maternel aux prématurés ? En entendant ça, je me suis regardé les seins en me demandant s’il fallait que je les voie comme une entrave à ma condition… Bref, certaines de ces femmes qui se disent féministes sont aussi violentes que certains hommes. Pas avec les poings, mais avec les idées. Et cette idée là a été violente pour une fille comme moi qui a eu du mal à allaiter son enfant. C’était comme une gifle avilissante qu’une autre femme me donnait : « Tiens, prends donc ça dans ta gueule : l’allaitement c’est pour les esclaves. » Ce sont donc souvent les femmes qui se disent féministes qui font le plus de mal aux femmes. Parce que chacune ici présente sait que le monde des femmes peut être impitoyable. Oui, arrêtons les tabous, on connait toutes ici des femmes qui sont de vraies emmerdeuses avec les autres femmes et de façon injuste. On en a toutes souffert à un moment ou l’autre.

Preuve à l’appui : les Chiennes de Garde. Elles passent leur temps sur les plateaux télé à ridiculiser les femmes au foyer en disant que c’est une condition honteuse. Quoi ? c’est honteux de rester à la maison et de s’occuper de sa famille ??? On voit bien que ce sont des princesses car être une femme au foyer c’est respectable. En plus de ça, vous constaterez sur leur site qu’elles tournent très souvent les hommes au ridicule. Ce qu’aucun groupe d’homme ne se permet de faire aux femmes en France. Ils se feraient lyncher ! Nous ne sommes effectivement pas tous égaux alors… Je ne prétends pas vouloir être au dessus des hommes, je n’y ai même jamais pensé. Je n’ai pas besoin de marcher sur des hommes prosterné devant moi pour me sentir exister.

A force de courir après le monde idéal et utopique de ces féministes, n’aurions-nous pas l’air d’un âne à qui on met une carotte sous le nez pour avancer ? Ca doit en faire marrer plus d’un de nous voir en faire trop comme ça, de nous défendre à ce point avec ce genre d’arguments à 2 balles… Ils doivent bien se foutre de nous et des no-noss qu’on défend en montrant les dents.

Et puis je n’y connais rien et il faudrait creuser la question, mais je me demande bien qui finance ces groupes féministes ? Qui en est à l’origine ? On pourrait bien être surpris… et surtout se rendre compte que peut-être que toute cette agitation ne sert au final qu’à nous donner des os à ronger pour ne pas voir le cadavre dans le placard.

Alors il est où ce cadavre ? Y a-t-il des vrais combats à mener? Des petites victoires qu’on peut gagner pour nous et les copines ?

J’ai bien peur que sur le fond et sur les grandes idées politiques et économiques, tout le ramdam des Femen et leurs copines ne fonctionne pas. Faut-il alors tenter de se battre contre les inégalités homme / femme à une échelle plus petite ?

Oui.

J’aime bien les femmes (Parce que oui, toutes les femmes ne sont pas des agitées avec les baguettes en l’air et qu’elles portent les solutions en elles)

Les vraies, celles qui font avancer les choses, celles qui ne crient jamais parce qu’on les respecte.

Celles qui sont justes.

Je veux bien entendre qu’on est toutes différentes, mais quand même, une femme :

  • C’est protecteur.
  • Ca s’inquiète du bien-être des autres, ça n’est pas seule sur terre…
  • C’est résistant tant sur le plan physique que moral.
  • Ca choisi son angle d’attaque et ça s’adapte à beaucoup de situations !

Et il y a encore des tas de qualités que les femmes ont. Pourquoi ne pas se servir de ces qualités pour se battre contre les inégalités au quotidien et arrêter de compter sur le changement des hommes ? Peut être parce qu’elles sont débordées par plein, plein, plein de trucs…

Je crois que depuis 3 générations, on nous appuie sur la tête alors qu’on est sous l’eau. Je me souviens d’un cours d’Histoire médiévale à la fac en Licence : la prof nous disait que les femmes n’ont pas remis en question leur condition, non pas parce qu’elles ne savaient pas écrire ou qu’elles n’allaient pas à l’école, mais bien parce que leur condition leur allait. Point. Elles évoluaient dans une société où elles avaient une place et une utilité, elles remplissaient leurs fonctions, comme les hommes.

Aujourd’hui, une femme doit :

– Travailler (à plein temps si possible)

– S’occuper de sa famille

– Tout en remplissant les tâches vues comme déplaisantes : ménages, courses, torchage de gosse.

– S’occuper d’elle : maquillage, rasage, épilation parfaite, tenue adéquate.

Heureusement, beaucoup d’hommes aujourd’hui ont compris ce problème et tentent d’aider au mieux les femmes au quotidien. Mais pour beaucoup, la fin de la journée de travail signe l’arrêt de la journée tout court. Une femme attaque souvent une deuxième journée après la première.

  • Oui, il y a les travaux d’extérieur que les hommes font souvent mais beaucoup de femmes autour de moi se plaignent de devoir insister plusieurs jours avant que quelque chose soit fait et ça ne concerne pas des tâches régulières dans l’année.
  • On n’a pas plus envie que les hommes de faire à manger à 4 personnes le soir.
  • On n’aime pas plus qu’eux faire les courses.
  • On n’aime pas passer le balai au bureau parce que le patron n’aime pas le faire et que les collègues masculins le font mal.
  • On a du mal à dire non à nos enfants pour leurs activités du mercredi aprèm par que ça nous fera courir.
  • On fait des choses qu’on n’aime pas parce qu’il faut bien que quelqu’un le fasse. Voilà, c’est tout. Ca ne veut pas dire que les hommes regardent tout ça de loin avec malveillance en sifflant la marche impériale, non. C’est juste une question de positionnement. C’est peut être un peu de notre faute…

Alors élevons-nous, élevons nos filles (et nos fils !). Ma mère n’était pas féministe mais elle m’a appris à ne pas me laisser faire quand quelque chose est injuste. Elle m’a appris qu’il y a des cons partout : peu importe que ce soit des hommes ou des femmes : c’est la connerie qu’il faut combattre, pas les genres. Et si on se laisse pourrir la vie par un crétin de macho, c’est bien un peu de notre faute.

Je fais volontairement abstraction de certaines injustices qui ne peuvent pas être combattues sans l’aide extérieure de la justice et des forces de l’ordre : le viol, la violence physique à la maison, la violence morale au travail, les menaces au travail quand vos enfants sont malades pour ne pas que vous restiez chez vous… Si vous en êtes victimes, il existe beaucoup de solutions mais il faut savoir que le silence n’en fait pas partie. Se taire et se laisser faire n’est jamais une solution.

Mais vous savez, j’aime bien les hommes aussi.

J’aime mon fils, mon homme, mon père, mon frère. Je n’ai pas développé de problèmes relationnels avec les hommes. Ca s’est toujours bien passé avec mes collègues et copains masculins, même ceux qui sont macho. En fait, les machos me font rire, si on rigole de leur connerie au lieu de la combattre inutilement, on s’économise du temps et de l’énergie.

Les hommes savent mieux dire « non » que nous, ils sont moins en proie à la culpabilité. Ce que l’on prend souvent pour de l’égoïsme, mais en fait, on leur jalouse un peu cette faculté.

Les hommes arrivent à se concentrer sur l’essentiel à être très concret voir terre à terre mais du coup ils s’encombrent moins l’esprit.

Souvent les hommes n’entrent pas en conflit avec leur ex ou leur mère, ce que l’on prend pour un manque de courage mais en fait c’est juste leur façon d’apaiser les tensions féminines qui sont parfois des puits sans fond …

Aujourd’hui c’était la commémoration du 11 Novembre dans mon village, mon fils a beaucoup insisté pour y aller. Sur le monument aux morts, on ne lisait que des noms d’hommes. Quand on y pense… On envoie régulièrement des hommes au front, se battre, mourir. Je ne vois pas d’homme se plaindre de ne pas voir de femmes sur le champ de bataille ni des Chiennes de Garde criant au scandale et demandant à ce qu’il y ait autant de femmes que d’hommes dans les chars de combat.

Adaptons nous alors…

On est juste différent. On a des aspirations différentes, des façons de vivre les choses, de les interpréter différemment. Et basta !

Non je ne dirai pas qu’on est complémentaires et qu’on a besoin les uns des autres. J’ai eu une vie de mère célibataire pendant 3 ans et je peux affirmer que je n’avais pas besoin d’un homme ! J’ai choisis à un moment de ma vie d’être avec un homme parce que c’était lui et qu’il me plaisait mais en aucun cas pour une éventuelle « complémentarité »…

Une fois que j’accepte les hommes tels qu’ils sont et que je m’accepte moi-même telle que je suis, je peux envisager les choses sous un angle adapté : On ne refait pas les gens, on ne les dresse pas. Pourquoi faire aux hommes ce que nous ne voulons pas qu’ils nous fassent ? C’est à nous de nous adapter quand on est dans un monde d’hommes. C’est la technique de la branche sèche : si j’essaie de la plier, elle va casser. Si je la trempe dans l’eau, elle s’assouplira et s’adaptera à l’effort que je lui demande.

Il faut muscler son jeu au lieu de rester inerte à crier après les hommes et se dire que c’est à moi d’imaginer ma place, à moi de m’y installer. C’est à moi de me défendre et de m’affirmer avec de vrais arguments quand on m’attaque. Il ne faut pas voir le verre à moitié vide : j’ai de la chance. Je vis dans un monde, dans un pays où, en tant que femme, je peux m’affirmer, je peux choisir qui je suis et où je vais.

Comme j’aurais honte d’être embauchée dans une grande entreprise à un bon poste sous prétexte que je suis une femme et qu’au nom de l’égalité et d’un quota, il y avait 3 postes réservés aux femmes ! Je veux être à ma place parce que je le mérite, pas parce que la voisine a scandé des horreurs en montrant ses seins. Et si on me barre la route parce que je suis une femme, je veux avoir la possibilité de me battre pour montrer ce que je vaux, je ne demande rien de plus.

Quoi qu’il en soit, quand on est compétente, on devient nécessaire à une famille, une entreprise, un système.

Alors restons bienveillantes, compétentes et surtout, ayons confiance en nous. Car s’il est bien un ennemi à combattre, c’est soi-même. Inutile de faire porter le chapeau aux hommes.

Le reste suivra. Je ne peux m’empêcher de croire que tout effort fourni portera un jour ses fruits.

wonderwoman makeup le féminisme Wonder woman wonderwoman maquillage wonderwoman

5 réflexions au sujet de « Et si WonderWoman était une connasse? On cause féminisme sans langue de bois [MSC couleur Moutarde] »

  1. Au moins on sait qu’il y a des filles qui n’aiment pas les femens et les chiennes de garde. En fin de compte, c’est comme quand nous on n’aime pas Trump quoi… Tiens, faudra qu’on trouve un féminin à « Macho » 😀

  2. En 1969 j’ai fait trois semaines de sitting devant le bureau de la directrice de mon lycée (que féminin) pour qu’ elle accepte que les élèves viennent habillées en pantalon. Ce qui était interdit depuis toujours. ..voire indécent. Je n’ai pas crié je n’ai pas manifesté ni proféré des insules les siens nus. Je suis juste restée là touts les jours , le matin avant la sonnerie, à midi, à 2h et le soir à la fin des cours! « Qu’est ce que vous voulez Melle ? » « Je veux que vous autorisiez le port du pantalon, on a froid en jupe et puis c’est plus pratique dans le bus et puis c’estplus simple pour s’habiller le matin, pas besoin de bas (c’était le début des collants)… » Et tous les jours elle hossait les épaules et retournait dans son bureau :'( Jusqu’au jour ou elle me lance enfin : »J’en ai assez de vous voir tout le temps là, alors c’est d’accord, mais pas de pantalon moulant surtout pour les grosses, je vous en tiens responsable!  » Le féminisme pour moi, se resume à cette experience : Il n’était pas ici question de piquer aux mecs leur futal, ni de vouloir être sexy pour leur plaire mais d’être nous des filles modernes libres de leur apparence sans dictat ni interdit. La réponse de la directrice m’a longtemps laissée perplexe… j’avais gagné pour moi et pour les autres qui n’avaient rien osé tenter mais voilà qu’on nous enfermait dans un autre carcan : celui du poids (je faisais 40 km toute mouillée à cette époque) Cette femme nous renvoyait à une apparence de femmes politiquement correctes qu’il fallait coûte que coûte preserver ! Jamais une telle réponse n’aurait pu être donnée dans un lycée de garçons ayant réclamé le port du pantalon à la place du chort (courant dans les uniformes). Les femmes d’aujourd’hui n’ont pas conscience de touts ces petites avancées gagnées jour après jour. Elles croient qu’avec des actions violentes elles servent la cause de leurs congénères mais elles ne font que la discrediter. C’est aux femmes dans leur vie de tous les jours, là où elles sont, famille, metier, de réclamer leurs droits avec force, calme, et détermination face aux hommes mais surtout face aux autres femmes qui n’ont pas vraiment envie que ça change par peur ou par ignorance.

  3. Moi je trouve ca hallucinant qu’en 2016 le fait d’élever les enfants ne soit pas rémunérer par l’état que se soit le papa ou la maman qui le fasse.Nous elevons des futurs citoyen qui participeront a l’activité du pays en payant des impôts par exemple .c’est un travail a part entier de donner une bonne education a ces enfants.En gros une personne qui reste a la maison elever ses enfants dépense de l’argent mais n’en gagne pas et c’est au conjoint de le gagner!!comme c’est intéressant de faire travailler une personne pour toute une famille !et pire encore la solution que l’on a trouver c’est confier ses enfants a des inconnus qui les élèvent a notre place car nous devons bosser…il y a vraiment quelques chose qui cloche la dedans vous trouvez pas?!On peut dire que l’état se fout bien de nous,en ne reconnaissant pas le travail des personnes élevant les enfants il reni ces futurs citoyens aussi…et après on se demande pourquoi la société d’aujourd’hui est bancale!De plus cela favorise l’inégalité au sein des familles et du couple puisque l’un des deux a l’impression de se sacrifier alors que si chacun avait son salaire et bien tout irais bien…la personne a la maison se sent dépendante et encore plus se sent une charge pour son conjoint car malgré les efforts faits aucune compensation de l’état ,c’est au conjoint de lui donner de l’argent de poche !??C’est pas dingue ca?

    • Je ne sais pas… Je me demande si on ne peut vraiment tout demander à l’Etat… D’un côté ce serait légitime de rémunérer les femmes, parce que c’est un vrai boulot à temps plein. D’un autre côté, toute cette assistance déresponsabilise le citoyen.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *